En football comme ailleurs, l'Histoire est la légende qui a triomphé des autres récits. "La Ligue des Oubliés" rend justice à ces héros et événements qui n'ont pas eu la chance d'exister.

© Stephane MOT 2004-2009

samedi

Francao

Plus connu sous le nom de Francao ou Francês (« le français », en raison de sa fine moustache et de sa capacité à briller en match amical), le Brésilien Jose Souza de Guimaraes Gerais détient le record de buts et de matches joués en sélection comme en championnat, signant même son 1.500e but en match officiel dimanche dernier avec Fluminense.

Beaucoup de joueurs se contenteraient de son palmarès (dix championnats de Rio, huit fois meilleur buteur, trois Copa America, cinq fois meilleur buteur, quatre ballons d’or sud-américains…), mais lui se lamente de n’avoir jamais pu jouer le moindre match de Coupe du Monde. Laissant à son grand rival Zico le titre de « Pelé blanc », Francao gagna son sobriquet de « Pelé noir » par sa malchance dans la reine des compétitions.

Jugé trop jeune en 1974 (à 15 ans, il vient pourtant de claquer 34 buts pour le Gremio Porto Alegre), il manque l’édition suivante pour une brûlure au troisième degré : alors qu’il se penche pour embrasser sa petite amie lors d’un dîner en amoureux, il heurte la bougie et met le feu à sa gigantesque coiffure affro (Francao sauve sa moustache mais évolue désormais le crâne rasé). Deux jours avant le début du Mundial 1982, il se voit assommer à l’entraînement par un terrible coup-franc d’Eder. Accident de voiture en 1986, coup de couteau à l’épaule infligé par un déséquilibré en 1990… le maudit apprend dès 1991 qu’il ne pourra pas se rendre aux Etats-Unis. Le motif ? Un passé supposé de terroriste : dans les années 80, Francao avait exhibé un bandeau anti-américain et critiqué l’intervention au Nicaragua… En 1998, Francao craque pendant le stage préparatif. Crise d’épilepsie, crise de nerf ? Toujours est-il que Rivaldo lui a infligé un petit pont sur sa PlayStation.

Décidant de limiter au maximum les risques pour 2002, Francao arrête sa saison un mois avant les autres pour venir s’entraîner au Japon, seul avec son soigneur et son garde du corps. Mais le plafonnier-ventilateur de sa chambre d’hôtel lui taillade la cuisse en chutant à l’occasion d’un tremblement de terre mineur. Après quatre ans de retraite dans une lamasserie népalaise, Francao a repris le maillot de « Flu » et ne désespère pas de jouer la Coupe du Monde en Afrique du Sud.

La Ligue des Oubliés

Aucun commentaire:

Welcome to my personal portal : footlog - footlog archives - blogules (V.F.) - blogules (V.O.) - mot-bile - Seoul Village - La Ligue des Oubliés - la LDO sur Lulu - Dragédies - Citizen Came - Stephanemot.com - archives blogules - archives blogules (VF) - Copyright 2004-2009 Stephane MOT